Série de victoires sociales en cours : la mobilisation paye !

Plusieurs victoires de salariés et de leurs syndicats viennent d’avoir lieu. 

Il y a eu l’annulation du licenciement de 22 salariés protégés de Conti par le tribunal administratif d'Amiens le 14 février. Il donne bien des espoirs à Xavier Mathieu et ses 678 camarades plaignants qui, depuis mardi, réclament devant les prudhommes, 80 millions d'euros de dommages et intérêts à Continental pour licenciements abusifs.
 
Il y a eu, en janvier, l'annulation du plan de fermeture de "Pilpa" près de Carcassonne et jeudi, l'invalidation du 3ème plan social initié par Unilever pour fermer l'usine de conditionnement de thés et d'infusions de Fralib de Gémenos (13). Hier, encore, le tribunal de grande instance d’Agen a condamné la  direction du groupe Raynal et Roquelaure à réviser sa partie procédure. Les 41 des 72 salariés concernés par la suppression d’emploi ont remporté une première bataille que l’avocate du comité central d’entreprise a déclaré décisive.

Il y a eu, hier également, la relaxe en appel de 12 des 15 postiers Sud PTT du 92 accusés d’avoir retenu des cadres.

Loi d'amnistie amendée : On lâche rien !

La loi présentée par le FDG portant sur l'amnistie sociale a été votée ce mercredi au Sénat. Pour reprendre les termes de la Présidente du groupe CRC FDG, Eliane Assassi, hier au rassemblement devant le Sénat, elle a été "arrachée" au groupe PS par la mobilisation syndicale et politique. C'est une satisfaction pour tout le Front de Gauche, sénateurs et militants, qui se sont bien battus depuis des jours malgré les réticences affirmées par plusieurs ministres et responsables PS. Des dizaines de militants vont ainsi en bénéficier.

Hélas, les sénateurs PS et PRG ont cru bon de dénaturer en grande partie cette loi à coup d'amendements. Ils en ont notamment exclu tous les militants agissant dans d'autres domaines que le syndicalisme et le logement. Exit notamment l'environnement et les droits des migrants, donc les faucheurs d'OGM, désobéissants, antipubs, militants antinucléaires, Notre Dame des Landes, ligne THT, Base Elèves et RESF...

Taylor, l'arbre utile qui cache la forêt libérale

 
La lettre insultante du PDG de Titan, méritait des réponses. Ainsi d'apprendre que le Ministre du redressement productif avait répondu vertement et par écrit au titanesque PDG pouvait nous réjouir. Enfin un ministre de ce gouvernement qui sait que la lutte des classes existe ? La lettre débute bien. Rappeler la "qualité et la productivité de la main d'œuvre française, l'engagement, le savoir faire et le talent et les compétences de travailleurs français" est un antidote salutaire contre ceux qui, derrière Taylor, entonnent la petite musique d'un peuple fainéant.
 

Tous ensemble pour le vote de la loi d'amnistie sociale

Pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy de nombreux salariés, syndicalistes, responsables associatifs et citoyens ont été fichés, condamnés ou sont sous le coup de poursuites pénales ou administratives pour avoir participé à une action collective en faveur de l'intérêt général ou au service de revendications professionnelles et sociales. Parfois même une simple distribution de tracts a suffi à les poursuivre en justice.
Trop de sanctions injustes ont été prononcées à l'égard de militants qui par leur action citoyenne ont largement contribué à la défaite de N Sarkozy. Ceux qui mériteraient d'être sanctionnés ne sont pas à chercher parmi ces militants mais plutôt parmi ceux qui délocalisent ou licencient sans autre motif que d'accroître leurs profits et qui détruisent ainsi des milliers de vies.

La justice, c'est d'amnistier toutes ces condamnations injustes.

L'avenir c'est de mettre fin à la criminalisation des luttes sociales.

Intervention au débat organisé par la Gauche Anticapitaliste : "Quelle stratégie pour la transformation sociale ?"

« Je vous remercie de l’excellent accueil qui nous est fait. Il illustre bien les excellentes relations que nous entretenons.

Répondre à la question « quelle stratégie pour la transformation sociale ? » implique évidemment de cerner la période et le contexte dans laquelle nous nous la posons. Il convient donc de commencer par rappeler les deux grands traits que nous a légués le 20ème siècle

Pages