Ouvrons les fenêtres

Marche citoyenne

Nul besoin de mesurer l'ampleur de la magnitude sismique qui secoue le pays aujourd'hui : elle est puissante ! Le pays ou plutôt l'oligarchie politico-financière, dont les turpitudes le salissent. Nous sommes peut-être à la bifurcation attendue et cela moins d'un an après l'élection de François Hollande.

Ce n'est pas un replâtrage de façade qui arrangera les choses. Il faut changer en profondeur la politique économique, refuser l'austérité et dans le même temps appeler au changement du régime ossifié qu'est la 5ème République. Il revient à chaque force de prendre des initiatives en fonction du rôle qu'elle occupe sur le champ politico-social. Le 9 avril nous devrons massivement nous mobiliser derrière les syndicats contre la loi Made in Medef. Le 1er mai sera, nous l'espérons et nous ferons tout pour, une grande journée de mobilisation contre les politiques d'austérité. Le Front de gauche s'active sur ce terrain : ses parlementaires bataillent à l'assemblée à coup d'amendements contre l'ANI, Pierre Laurent appelle avec justesse à suspendre l'agenda parlementaire pour convoquer une session spéciale contre l'évasion fiscale, partout nos militants distribuent tracts et organisent des meetings. Mais chacun sent bien que c'est de fond en comble qu'il faut transformer ce pays. Qu'il faut revenir à nos mots d'ordre de campagne qui ont fait le succès de la Bastille, du Capitole, de Toulouse : une constituante pour la 6ème République. Nous ne sommes d'ailleurs pas les seuls à le réclamer. Dans une note de blog remarquée, et proche en bien des points de ce que réclame le Front de Gauche, Noel Mamère l'a dit sans fioritures. (http://blogs.rue89.com/chez-noel-mamere/2013/04/03/avec-laffaire-cahuzac...). On sait qu'Eva Joly appuie aussi cette idée de changement de république. Il m'étonnerait que cette "tête dure" se calme là dessus aujourd'hui. Côté Front de Gauche,  Clémentine Autain nous a proposé une réunion en urgence pour réfléchir ensemble à une prise de parole publique pour un processus constituant et la 6ème République.

Tout montre la nécessité d'agir. Voilà pourquoi le Parti de Gauche a décidé de proposer une marche pour la 6ème République un an après l'élection présidentielle. Le communique ci-dessous l'explique. François Hollande est aujourd'hui devant un choix, bien plus rapidement même que nous l'imaginions : continuer ainsi et aller à l'échec inévitable ou briser cette spirale infernale. Il existe une majorité alternative pour cela. Elle est encore peu discernable car pour l'heure écologistes et socialistes de gauche, hors quelques voix fortes, restent entre deux eaux mais elle existe. Je dis à ceux-là qu'il est temps de rompre les rangs. Le vote contre l'ANI en est un moyen évident, appeler à manifester avec nous le 5 mai un autre. Car notre proposition se veut large. Elle s'adresse d'abord évidemment à nos partenaires du Front de Gauche. Nous sommes certains qu'elle nous deviendra donc commune rapidement tant son besoin est évident. Et au delà à tous ceux et toutes celles qui à gauche ont voulu un vrai changement en mai dernier. Plus largement au peuple qui seul peut dénouer la situation. Allez au travail, la journée ne va pas être assez longue. Ouvrons les fenêtres pour respirer l'air du large.



Communiqué de presse du Parti de Gauche

LE 5 MAI POUR LA SIXIEME REPUBLIQUE

La faillite morale d’un homme éclaire celle du système auquel il appartenait. Un monde de connivence qui unit des amis de l’argent sans odeur à travers tous les partis du système officiel ! Une longue chaine de cyniques unis par le mensonge relie les Le Pen à Cahuzac, et un  proche du Président, son trésorier de campagne, boucher- libraire qui trafique avec un comparse chinois pour ouvrir des comptes offshore ! 

Ainsi une caste de serviteurs des oligarques qui parle en commun la langue de la finance internationale a fini de pourrir un système de monarchie quinquennale. Il concentre les pouvoirs et dilue toutes les responsabilités morales et politiques.  Aux abois, le chef de l’état ne trouve à proposer qu’une mesure d’interdiction d’exercice d’un mandat électif pourtant déjà censurée par le Conseil constitutionnel !  C’est dire l’inconsistance d’une équipe qui ne sait plus que faire pour se tirer d’affaire.

L’issue pour notre pays déshonoré par ces mœurs et ces balbutiements incohérents est dans le peuple. C’est à lui de définir la règle du jeu démocratique qui permettra de restaurer la République vertueuse à laquelle il aspire. C’est une Assemblée Constituante qui doit nous permettre de commencer cette sixième république au nom de laquelle nous nous sommes mobilisés en masse à la Bastille au Capitole et Au Prado pendant la campagne présidentielle l’an passé.

Le Parti de Gauche  propose une marche citoyenne pour la sixième république le 5 mai, jour anniversaire du deuxième tour de l’élection présidentielle, jour anniversaire de l’ouverture des Etats Généraux de 1789, journée mondiale des « mains propres ».